THEATRE/CINEMA       SORTIE DU LIVRE LILLE-LESQUIN ! !! 


 CINEMA & THEATRE De la plume à l'image...

Pierre-Antoine Courouble réalisateur

J'ai eu ma première caméra à 13 ans. Une petite Kodak super 8 qui ne m'a jamais quitté et avec laquelle j'ai connu mes premiers émois de cinéastes. A la même époque je découvrais également mes premières émotions théâtrales en jouant dans les "Fourberies de Scapin" au collège Saint-Pierre à Lille. Plus tard j'ai approfondis ma pratique du théâtre dans un atelier bruxellois sous la direction de Rose-Marie Doutreligne qui combinait expression théâtrale et pratique du zen. Une révolution intérieure... On a produit alors le "Prophète" de Kalhil Gilbran à l'opéra de Lille. Un spectacle total...
Que d'émotions, c'était en 1988.

BOISSEL SUR SCENE
L'ouvrage "Citoyen Boissel" a été réécrit et adapté par P.A Courouble en une pièce de théâtre « 1789 : Vous avez dit Boissel ? » Cette dernière mise en scène par Blandine Belghit et Jean-Richard Wagner,  est interprétée par Charlotte Duthoy et Pierre-Antoine Courouble. Une pièce surprenante d'une heure trente structurée en neuf tableaux qui transporte le public dans un voyage dans le temps à la rencontre du révolutionnaire ardéchois, de sa vie, de son œuvre utopique, de sa géniale folie. Joyeuse, Paris, Saint-Domingue, la Révolution, les Jacobins, Robespierre, Napoléon... Un voyage dans l'histoire mais surtout une exploration de l'âme d'un rebelle qui dérangea ses contemporains par des idées trop avancées. Une pièce historique mais d'une étonnante actualité, où les allusions à l'époque contemporaine sont évidentes. Blandine Belghit a réussi à faire vivre les textes par une mise en scène vivante, souvent drôle et toujours imprégnée d'émotion. « Nos enfants se croiront révolutionnaires, ils n'auront que des réminiscences » disait Saint-Simon, la pièce sur Boissel illustre cette citation à merveille. Le spectacle est porté par les bénévoles de l'association Cercle Boissel. Il est disponible pour toute représentation durant l'année 2011-2012. Repères : « 1789 - Vous avez-dit Boissel ? » Pièce de théâtre en neuf tableaux. 90 mn. Contact : mermoz07@free.fr  06 30 35 32 20

P A Courouble réalisateur


BOISSEL A L'ECRAN !

 

Les premières images du film « Boissel » tourné en Ardèche durant l'été 2010 ont été mises en ligne sur le site officiel : www.boissel-lefilm.fr . Voir making of photos. Trois teasers ou bandes annonces qui donnent une idée de l'ambiance du film, un synopsis qui dévoile les grandes lignes du scénario et un making of photographique du tournage avec de magnifique clichés signés par l'artiste photographe Sokebana. L'héroïne du film est une étudiante en histoire de la faculté Paris I (incarnée par l'actrice albenassienne Charlotte Duthoy) qui effectue un séjour estival à Joyeuse pour étudier les archives locales en rapport avec le révolutionnaire François Boissel (1728-1808), natif de la commune. Elle découvre la vie quotidienne d'un bourg ardéchois en pleine saison touristique et fait la rencontre du « François », un artiste marginal, acteur dans les visites théâtralisées de la ville et qui se prend pour le Boissel du XVIIIe. Ce fou de village, dérangeant mais sympathique va emmener l'héroïne dans une troublante aventure initiatique et historique, aux sources des idées qui ont inspiré la Révolution. Le film offrira un dialogue intéressant entre l'univers du XVIIIe et celui du XXIe : que sont devenues les idées des Lumières aujourd'hui ? Charlotte Duthoy aura donc incarné « Victoria », l'héroïne du film « Boissel », et « Laetitia » l'actrice principale de la pièce « Vous avez dit Boissel ? ». Mais que l'on ne s'y trompe pas, bien qu'elle campe dans les deux cas une étudiante en histoire, les concepts scénariques sont très différents. Dans le film Victoria rencontre un marginal, artiste illuminé, dans l'ambiance d'un Joyeuse estival. Dans la pièce de théâtre, Laetitia rencontre le vrai Boissel du XVIIIe sur la fin de sa vie. Le montage du film est assuré par une jeune société ardéchoise « So Fabulous ». La sortie est prévue pour juin 2012, une première projection du film en cours de montage a été réalisée lors du Premier festival du film artisanal et audacieux de Joyeuse qui s'est déroulé du 23 juin au 1er juillet 2011.
Voir programme sur
www.festival-joyeuse.com


Il y a également un petit reportage relatif au tournage réalisé en 2010 qui est visible ici.
Et la musique du film qui est audible là.

Sinon un album photo du tournage est consultable sur ce lien

Courouble cinéma

SUR LES PAS DE JACK LONDON
Juillet 2011: San Francisco, Oakland, Berkeley, Glen Ellen, Carmel, les Rocheuses, Denver… Deux ans après son voyage d’écriture en Californie (juillet 2009), l’auteur de “Citoyen Boissel” est revenu sur les traces du citoyen Jack London. A la clef le tournage d’un nouveau film dont il signe l’écriture et la réalisation et qui est cette fois un docu-fiction de 52 mn « Jack London, l'écrivain vagabond ». A la faveur d’un séjour en Californie, une jeune française découvre le domaine Jack London et son ranch à Glen Ellen. Il s’en suit un cheminement initiatique à travers la vie et l’œuvre du plus célèbre des romanciers américains, où se révèlent les multiples facettes littéraires, philosophiques et surtout humaines de l’auteur de l’Appel de la forêt. Jack London le bourlingueur aux cent vies se dévoile : enfant ouvrier, pilleur d'huîtres, chasseur de phoques, routard, marin solitaire, chercheur d'or, étudiant autodidacte, militant politique, correspondant de guerre, agriculteur... Ecrivain de l’aventure et aventurier de l’écriture, Jack London est une figure multiforme de la littérature américaine, à la fois romancier, nouvelliste, dramaturge, reporter et photographe de presse, gentleman-farmer, écologiste et conférencier socialiste. Auteur de 190 nouvelles, de 22 romans, de 5 pièces de théâtre, il signa de son nom 52 ouvrages publiés au cours d’une activité littéraire qui dura à peine 24 ans. Le parti pris du scénario est de rendre intime et vivant à la fois la biographie et la bibliographie de Jack London dont le cheminement littéraire reflète bien la vie personnelle. Sans nul doute qu’il y aura des ellipses dans l’univers londonien avec les ruptures de l’espace-temps chères à l’auteur de la trilogie « l’Enfant qui parlait aux étoiles ».

 Courouble cinéma